Presse

Votre Médecin est absent, vous ne vous sentez pas bien, déplacez-vous à la Maison Médicale ou appelez le 15.

Maison Médicale de Garde de Narbonne

Maison Médicale de Garde : le projet prend corps

Narbonne Infos
Posté par chantal (chantal) à 20/01/2003
Presse >> Narbonne Infos

La profession médicale change

Le besoin d’une telle structure repose sur un double constat : la profession médicale souhaite une plus grande qualité de vie alors que les patients, eux, ont tendance à solliciter un peu trop leur médecin traitant, en un mot, à abuser de ses services, sans se soucier du coût pour la collectivité et du dérangement inutile.
Aujourd’hui, le médecin de famille “mobilisable” jour et nuit se raréfie. Résultat : des tours de garde de moins en moins fiables.
Ajoutez à cela la difficulté grandissante pour trouver des remplaçants à ceux qui partent en retraite. En effet, le “numerus clausus” de ces dernières années, c’est à dire la limitation volontaire du nombre d’étudiants en médecine dans les facultés, est aujourd’hui responsable du manque de jeunes médecins. C’est pourquoi une Maison Médicale de Garde est aujourd’hui en gestation.

Optimiser le système médical

Selon le docteur Bernard Méric, principal porteur du projet, “il s’agit d’une optimisation de la réponse à la demande de soins urgents ou semi-urgents, et à la question fondamentale : qui fait quoi ? Avec, bien sûr, en toile de fond, cette notion récurrente, le besoin de s’attaquer à l’éternel déficit de la Sécu.
Une sorte de quadrature du cercle : réduire les dépenses, en conservant un service qui soit le meilleur possible. Première solution : éviter le gaspillage, rationaliser l’utilisation des compétences.” La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2003 ouvre de nouvelles perspectives, légales et financières.
C’est de cette opportunité que veut profiter Bernard Méric pour la MMG. Restait à trouver un local. La mairie de Narbonne, sollicitée, a immédiatement été intéressée et a proposé le Castellou, un ancien bâtiment de bains et douches qui a l’avantage de se situer tout près de l’hôpital, donc de son service des urgences.
Un Architecte, M. Tognella a été chargé de réfléchir à un aménagement adéquat, et voilà le projet sur les rails.
“Les échéances se précisent : le dossier devrait être déposé en février, et l’espère une réponse au plus tard en mai. Et puis, si les
travaux d’aménagement vont bon train, on pourra embaucher début décembre le personnel qu’on formera, et un peu avant Noël, on
doit pouvoir commencer.”

Comment cela fonctionnera-t-il ?

“Une Maison Médicale de Garde, souligne Bernard Méric, fonctionne quand les autres cabinets ferment. Dans un premier temps, elle ouvrira en semaine de 19 à 24 heures, et le week-end, du samedi 8 heures au lundi 8 heures. Un(e) permanencier(e) recevra les appels téléphoniques et donnera les premières indications quant à la marche à suivre.
Principe de base : c’est le patient qui se déplace à la MMG.
Sur place, un médecin sera présent,et un autre,d’astreinte,sera prêt à intervenir si nécessaire.
Au début, la zone desservie par la MMG sera Narbonne-ville, plus Narbonne-Plage et Gruissan, hors saison estivale, insiste Bernard Méric.
Plus tard, je verrais bien la zone s’étendre à la Communauté d'Agglomération de la Narbonnaise.”

Retombées profitables

Les premiers avantages d’une telle structure apparaissent clairement : un service médical performant continu, allié à une sollicitation mieux répartie des médecins généralistes.
“Avec, à terme, ajoute le docteur Méric, l’assurance de pérenniser cette qualité de service en conservant en Narbonnais des praticiens
en nombre suffisant. Car, rappelle t-il, nous allons manquer de médecins en France dans un avenir proche, pour des raisons déjà
évoquées. Or, pour les attirer, il faudra leur offrir des conditions de travail décentes, sinon ils iront exercer ailleurs !
D’ailleurs, le Conseil de l’Ordre est également favorable à cette amélioration du quotidien de ses médecins.
Quant aux services des urgences existants, du secteur public ou privé, ils ne voient nullement l’apparition d’une concurrence, mais
au contraire, une structure qui pourrait désengorger la leur, en permettant une répartition plus appropriée des tâches.”
MMG, un sigle nouveau, qui prendra bientôt toute sa signification à Narbonne.

Dernière modification: 08/06/2012 à 17:15

Retour